L'électrisant chorégraphe de Contemporary Dance 2.0 répond aux questions sur sa création avec les jeunes danseurs de Shechter II...

Le titre est-il aussi ironique qu’il en a l’air ?

Hofesh Shechter : L’ironie révèle nos faiblesses et nos fêlures, je trouve que le titre Contemporary Dance (danse contemporaine) est divertissant car souvent en porte-à-faux avec lui-même. Le titre sert juste à donner à penser au spectateur avant qu’il n’entre dans la salle, un élément pour déclencher une question, et celle que vous posez en est une bonne !!

Pourquoi ?

H. S. : Parce que les définitions échoueront toujours

Cette création est-elle une traversée de la danse actuelle sous toutes ses formes, de la plus savante à la plus populaire  ? Ou des pièces que vous avez traversées en tant qu’interprète ? ou les deux ?

H. S. : La pièce est là pour nous donner un espace pour méditer : est-ce vraiment cela que nous voulons que la danse contemporaine soit ? A quel point sommes-nous honnêtes avec nous-mêmes en ce qui concerne le fait de la laisser grandir, évoluer, changer, se renouveler, à quel point voulons-nous qu’elle soit contemporaine ? Sommes-nous bloqués quelque part et attachés à ce que nous pensons qu'elle devrait être ? Mais toutes ces questions ne sont intéressantes qu’à un niveau conceptuel. L'œuvre elle-même est là pour offrir un voyage énergétique qui bouleverse les valeurs et les systèmes de croyance à un niveau plus profond. L'œuvre est là pour nous troubler – elle est à l’endroit où nous posons des questions plutôt que d'y répondre avec de vieux schémas.

Pourquoi 2.0 ?

H. S. : Il s'agit d'une version remaniée d'une pièce créée pour le Ballet de Göteborg, donc de la deuxième version = 2.0.

Cette pièce est reprise pour Shechter II. Avez-vous choisi une pièce qui se saisit de toutes les danses dans un but « pédagogique » pour vos jeunes interprètes ?

H.S. : Je suis ravi que de jeunes danseurs participent à cette exploration de notre forme d'art. Cela ne fera que rendre cette remise en question plus valide et plus intelligente.


Propos recueillis par Agnès Izrine pour Danser Canal Historique