En 2023 à l'Onde, on a tous les jours 20 ans !

Cette saison, l'Onde fête ses 20 ans. Cet anniversaire est l'occasion de nous réunir nombreux autour de propositions artistiques à couper le souffle. Au fil de l'année, des rendez-vous vous invitent à partager dans l'espace public plusieurs moments intenses, inoubliables, gratuits et ouverts à tous ! Joël Gunzburger, directeur de l'Onde Théâtre Centre d'Art, nous livre dans cet entretien la façon dont il a imaginé cette saison anniversaire.


L'Onde a 20 ans cette année. Pourquoi avoir choisi de fêter cet anniversaire tout au long de la saison 2022-2023 ?

Célébrer les 20 ans de la structure, c'est saluer une initiative qui a permis à un lieu exceptionnel de jaillir de terre et d’irriguer le territoire de propositions artistiques de qualité tout au long de l’année. Il me semblait donc intéressant de saluer sa naissance au fil de cette saison des 20 ans.

Plusieurs rendez-vous s'égrènent dans la saison. Pourquoi avoir choisi de proposer des spectacles en extérieur, hors du lieu qui a 20 ans ?

J’ai souhaité matérialiser le rayonnement de la structure en organisant des événements festifs en extérieur pour partager avec le plus grand nombre. L'Onde, en donnant à voir le merveilleux, le beau, le spectaculaire sur la ville, affirme sa capacité à faire vivre le territoire alentour. C'est aussi une façon de célébrer les Véliziens en allant là où ils vivent, où ils circulent, où ils se rencontrent. C’est attiser la curiosité de ceux qui connaissent encore mal la structure ou qui n’osent pas passer ses portes en amenant le spectacle vivant hors de ses murs, en créant un événement collectif comme un feu d'artifice.

Qu’est-ce qui vous a fait choisir ces trois propositions artistiques ?

Elles sont l’œuvre d’artistes extraordinaires qui me font rêver depuis plus de 20 ans. Leurs spectacles m’ont impressionné au vrai sens du terme : ce sont des propositions fortes qui restent gravées dans la mémoire et qu'on a forcément envie de partager tant elles ont le pouvoir de parler à tous. L’Installation de feu de la compagnie Carabosse convoque le monde de l'enfance, la lumière et l’émerveillement. Cette proposition rend compte de la relation que l'homme entretient depuis toujours avec le feu, entre crainte et fascination. C’est aussi la chaleur du rassemblement populaire, fraternel, humain. La performance de Willy Dorner est une autre façon de s'adresser au monde de l'enfance, ou aux grands enfants que nous demeurons. Avec Bodies in Urban Spaces, le chorégraphe ne cesse de nous surprendre en investissant des endroits totalement improbables. Sa déambulation nous invite à une sorte de danse collective et colorée dont la beauté esthétique nous électrise, nous interroge, nous amuse. Enfin, le Ciné-concert Frankenstein de Joachim Latarjet nous convie à un moment de cinéma en extérieur, où le son se libère et la lumière des images éclaire la ville. Ce spectacle en plein air revendique les notions d’aventure populaire et de veillée collective.

Ces spectacles invitent à une déambulation. Souhaitez-vous par ce biais rendre les spectateurs actifs ou acteurs de la proposition ?

Ce qui prime dans ce programme anniversaire, c'est la dimension festive, la réunion, la communion. Ces propositions rassemblent des habitués du spectacle vivant, peut-être familiers de l’Onde, et d’autres personnes, qui par curiosité, vont suivre le mouvement de groupe et vivre l’expérience.

Ces propositions sont gratuites et accessibles à tous : pas de réservation ni de billetterie. Pourquoi avez-vous souhaité sortir des pratiques habituelles du spectacle vivant ?

Pour cet anniversaire, les spectateurs sont invités sans contrepartie : c'est un moment généreux et totalement gratuit. La mise en place d’une billetterie conforterait ceux qui ont déjà l’habitude de venir au Théâtre. Je tenais à ce que tout le monde puisse venir spontanément, sans contrainte financière. La gratuité est très symbolique de notre volonté d’ouverture et de partage avec le plus grand nombre.

20 ans, l'Onde est une structure encore jeune, mais son expérience commence à compter. Quel regard portez-vous sur ce pan d'histoire ? 

Je pense que l’Onde est née d’une utopie. Construire un théâtre d’une telle envergure dans une ville de 20 000 habitants peut paraître à certains égards démesuré. Pourtant, une dimension supérieure l’emporte : celle de partager avec le plus grand nombre et d'offrir le meilleur à tous les citoyens de Vélizy-Villacoublay. De par sa taille généreuse, l’Onde est véritablement un outil d'exception, permettant d’accueillir des formes artistiques très ambitieuses et spectaculaires. L’utopie conduit ainsi à rêver le meilleur pour tous, d’ouvrir sur un avenir éclairé où chacun peut jouir d’un accès à la culture.

De quoi rêvez-vous pour les 20 prochaines années de l’Onde ?

On surnomme les membres de l'Académie Française les "Immortels". Cette dénomination souligne que lorsque nous nous inscrivons dans la transmission, nous devenons "immortels" et prenons place dans une longue chaîne. La notion de transmission va de pair avec celle d'éducation : il s’agit pour nous de transmettre de belles choses et d’éduquer les générations qui vont venir. Aujourd'hui à l’Onde, j'ai la charge de mener un projet, de tracer une direction en m'inscrivant dans les pas de mes prédécesseurs et en projetant l’Onde dans l'avenir de ceux qui viendront après. Pour les années à venir, j'espère que le rayonnement du Théâtre Centre d’Art n'aura de cesse de s'affirmer sur un territoire toujours plus large, en donnant à voir des spectacles exigeants, et néanmoins pour tous. Quelles que soient les évolutions que vont connaître les arts vivants, l'outil se modernisera pour suivre les avancées des temps futurs et fonctionner 20 ans, 50 ans, 100 ans, et plus encore…