La Générosité de Dorcas

Jan Fabre, Matteo Sedda

 

samedi 27 novembre 19h30
1h

l'atelier

――

dès 14 ans

――

SOIRÉE PARTAGÉE avec 
A.I.M de Kyle Abraham > 21h

La Générosité de Dorcas © Sebastiann Peeters
La Générosité de Dorcas © Marcel Lennartz
La Générosité de Dorcas © Sebastiann Peeters
La Générosité de Dorcas © Sebastiann Peeters

 

Dans ce solo, Jan Fabre célèbre avec son danseur Matteo Sedda le corps vibrant et le corps glorieux en une transe qui confine à l’extase.

 

Avec La Générosité de Dorcas, l’enfer est pavé de bonnes intentions et le ciel d’aiguilles menaçantes. Matteo Sedda, magnifique danseur, évolue sous cette voûte effilée et rutilante, lestée de fils de laine, une pluie de couleurs arrêtée en plein vol.

Jan Fabre, autant plasticien que chorégraphe, a créé cette cathédrale en arc d’épines pour raconter l’histoire de Dorcas, bienfaitrice biblique, cousant et offrant ses manteaux aux plus démunis. Saint Pierre
l’aurait ressuscitée.  Matteo Sedda endosse cette figure et, avec un génie transformiste qui tient du mime et de l’illusionniste, tranche, taille et coud à même l’espace, se démultiplie en femme, en homme, et même en clown céleste, tandis que son corps vêtu de noir se fait à la fois ange et démon.

Figure essentielle de la scène artistique, Jan Fabre offre ici un solo prodigieux à l’un de ses « guerriers de beauté », qui ne recule devant rien pour affirmer sa viscérale vitalité. Un don de soi sans concession.

 

Ce qu'en dit la presse :

« Un solo de danse exceptionnel qui démontre le génie plastique et scénique de Jan Fabre. » Artistikrezo

« Plasticien, performeur, écrivain, chorégraphe et metteur en scène, cet esthète frondeur – volontiers iconoclaste – pratique l’art comme un combat pour la beauté. » La Terrasse

« Empruntant tout à la fois au music-hall, au mime, au cirque, au voguing et au cinéma, Matteo Sedda campe « un » Dorcas envoûtant et charmeur. » Culturaupoing

« Matteo Sedda, illuminé par une foi intérieure laïque qui le transcende d’un bout à l’autre, crève la scène de sa présence ardente. » Inferno

 

――

chorégraphie et mise en scène Jan Fabre
avec Matteo Sedda
création musicale Dag Taeldeman
dramaturgie Miet Martens
scénographie Jan Fabre
costumes Jan Fabre, Kasia Mielczarek
technique Geert Van der Auwera
lumières Wout Janssens
répétiteurs Miet Martens, Mark Geurden
diffusion Laurent Langlois

――

production Troubleyn / Jan Fabre (BE).
coproduction FAB Bordeaux (FR), Tandem Arras-Douai (FR), Impulstanz Vienna International Dance Festival (AT), ImPulsTanz, Troubleyn

Jan Fabre reçoit des subventions du gouvernement Flamand, et le soutien de la Ville d’Anvers.