La photographe Valérie Jouve présente dans l'exposition "Les Habitants" une série réalisée à Vélizy-Villacoublay et complétée par des travaux antérieurs.

La photographe travaille souvent à la manière d’une promeneuse. La série Les Habitants qu’elle réalise à Vélizy-Villacoublay l’a amenée à travailler par déambulation. Sa flânerie donne à voir des architectures et des personnages en mouvement, associant les sujets classiques du paysage et du portrait dans un lieu volontairement indéterminé. Ainsi ses compositions photographiques produisent un mouvement dans lequel le spectateur devient lui aussi acteur. Ses photographies s’écrivent à la manière d’une composition musicale, les corps se déplacent entre l’espace intérieur et l’espace public.

« Je cherche à évoquer une certaine intensité du monde vivant. Je travaille l’habitation d’un espace et souhaite que les spectateurs vivent une expérience de cet espace-là, au travers des images. » — Valérie Jouve


Dans la série Les Habitants, les images de Valérie Jouve sont volontairement ouvertes de façon à mettre au travail nos esprits et nos imaginaires. L’artiste nous propose de penser autrement mais aussi de voir, de regarder la ville différemment. Comme autant d’éclats de ce tissage des regards, chaque photo nous en présente une occurrence singulière et sensible, donnant ainsi à voir, non pas comment les habitants traversent un paysage urbain, mais comment ils font eux-mêmes partie et comment à l’inverse le paysage respire de leur présence, de leur passage ou de leur visage.
La photographe a passé plusieurs mois, de l’automne au printemps, à arpenter Vélizy-Villacoublay. De sa forêt traversante, ouverte vers la ville et dense dans son cœur jusque dans l’un des plus vastes centres commerciaux d’Europe, l’artiste a capturé l’essence vivante de ces lieux, divers par nature. En ce sens, comme le dit Jean-Luc Godard, « il n’y a pas d’image juste, il y a juste des images », c’est-à-dire des perspectives multiples d’un réel quelconque, donnant elles-mêmes lieu à des interprétations ou à des regards eux aussi multiples.

lire la suite du Journal de l'exposition